Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de carlyne

Un blog pour la familles et les amis. Pour toutes les personnes qui ont besoin de renseignements divers.

Jean Jaurès

Publié le 18 Septembre 2009 par carlyne in Les Personnages ayant marqués l'histoire

 

(1859-1914)

 

« Ce n’est pas seulement par la force des choses que s’accomplira la révolution sociale.

C’est pas la force des hommes »

 

 

Jean Jaurès,  de son nom d'état civil Auguste Marie Joseph Jean Léon Jaurès, est né à Castres en 3 septembre 1859 dans une famille de la petite bourgeoisie du Tarn (dont sont issues quelques brillantes carrières comme celle de Benjamin Jaurès, amiral et ministre de la marine en 1889). Son père, Jules Jaurès, négociant, n'a pas réussi et se replie sur une petite exploitation agricole de six hectares dans laquelle son fils va passer son enfance et son adolescence jusqu'à l'âge de dix sept ans. C'est une époque où il connaîtra, non pas la misère, mais peut-être une certaine gêne qui le fera toucher du doigt les difficultés du peuple.Sa mère, Adélaïde Barbaza, s'occupe de l'éducation des deux enfants du couple : Jean l'aîné, et Louis qui devint amiral et député républicain-socialiste.

 

Brillant élève, Jean Jaurès fait ses études au lycée Louis-le-Grand. En 1878, il est reçu premier à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm en philosophie, devant Henri Bergson. En 1881, il termine troisième à l'agrégation de philosophie après Henri Bergson et prend toute sa dimension politique pendant l’affaire Dreyfus. Il défend brillamment le Capitaine et démontre son innocence dans « la petite République ».

 

Jaurès enseigne tout d'abord au lycée Lapérouse d'Albi, puis rejoint Toulouse en 1882 pour exercer comme maître de conférences à la faculté des Lettres. Il donne également un cours de psychologie au lycée de jeunes filles de cette même ville. Devenu Député républicain à 25ans, ses propositions sociales lui font changer de camp.

Il se marie en 1886 avec Louise Bois avec qui il eut deux enfants (Madeleine et Louis).

Il milite pour un socialement ouvrier et syndical. Sa voix, sa gestuelle en font un député hors du commun, c’est un grand orateur et ses discours sont pétris d’émotion.

En avril 1904, Jaurès fonde le journal « L’Humanité » et participe à la création de la SFIO (Section française de l’Internationale ouvrière) en 1905.

En 1907, il préside l’internationale et milite au côté de Clémenceau pour la séparation des églises et de l’Etat.

Ses positions sont celles d’un visionnaire. Il soutient les grévistes de 1908 et condamne violemment la répression de Clémenceau.

 Ses prises de position en matière de politique extérieure lui attirent les foudres des radicaux et la haine des nationaliste ;

En juillet 1914, Jaurès se prononce contre la loi des 3 ans visant à rallonger le service militaire et propose un service de 6 mois. En condamnant la guerre à l’Assemblée, Jaurès soulève le déchainement des nationalistes qui le considèrent comme un traître.

Il paye cher son combat pour la paix. Le 31 juillet 1914, la foule hurle « Ils ont tué Jaurès », l’artisan du pacifiste vient d’être assassiné par Raoul Villain, adhérent de la ligue des Jeunes amis de l’Alsace-lorraine.

Une partie de la France est en deuil.

Commenter cet article