Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de carlyne

Un blog pour la familles et les amis. Pour toutes les personnes qui ont besoin de renseignements divers.

Se mettre en ordre de bataille

Publié le 27 Septembre 2012 par carlyne in Expressions de la langue Française

Définition

Se préparer à combattre

 

Utilisation

Dans la langue courante actuelle, cette expression est utilisée au sens figuré dans divers domaines, par exemple lorsqu'un parti politique se prépare à affronter une échéance électorale. Les membres du parti se rassemblent et concentrent leurs efforts pour "la dernière ligne droite".

Dans le langage militaire, elle indiquent l'ordre de bataille dans lequel se rangeaient les troupes avant d'affronter l'ennemi. Seules changèrent au fil des époques les techniques de combat, qui évoluèrent en même temps que se modifiaient les armes utilisées.

 

un exemple d'ordre de bataille à Trafalgar

la défaite de Trafalgar (1805), bataille navale de l'Empire, est certes due à la supériorité de la marine anglaise, mais aussi à l'inexpérience de nombre d'officier français. A la révolution, les nobles qui occupaient les postes de responsabilité dans la marine royale avaient émigré, si bien que l'Empire dut former une nouvelle génération d'officiers qui n'avaient pas la même expérience que ceux du "Grand Corps". A sainte-Hélène, l'Empereur, quelque peu désabusé, confia : "J'ai passé tout mon temps à chercher l'homme de la marine, sans avoir  jamais pu le rencontrer;"

Le 21 octobre 1805, les flottes franco-espagnol affrontèrent le vice-amiral Nelson et les navires anglais au nord-ouest de Gibraltar, entre Cadix et Tarifa. Selon la tradition de la marine française, les combats sur mer devaient, encore à cette époque, se dérouler suivant les instructions du Traité des évolutions navales, un document datant de 1696.

Sur mer, une bataille consistait dans l'affrontement de deux lignes de navires remontant au vent. Chacune des unités devait se trouver à une encablure, soit 425 mètres, du navire précédent ou suivant. Voilà ce que l'on entendait à l'époque par "ordre de bataille".

La tradition est tenace dans la marine et, à toutes les époques jusqu'à l'Empire , un amiral qui appliquait fidèlement ces règles de combat, même en cas de défaite, ne pouvait essuyer de critiques.

Les 2 flottes ennemies, une fois proches du contact et rangées en ordre de bataille, entamaient des évolutions par rapport au vent et aux courants et faisaient parler la poudre. Souvent les canonnades s'éternisaient, mais parfois, un officier particulièrement habile parvenait à couper la ligne ennemie avec son navire et ensuite écraser les tronçons isolés.

Mais, à Trafalgar, les amiraux français n'avaient pas le savoir-faire des Anglais, dont le sens de la manoeuvre et l'efficacité furent impressionnants.

Pour les officier français "l'ordre de bataille" était le "fin du fin", alors que pour les anglais, un combat ne se réduisait pas à des formules techniques apprises par coeur et appliquées à toutes les situations.

C'est la raison pour laquelle cette défaite (qui a donné naissance à l'expression "un coup de Trafalgar") est restée gravée dans la mémoire collective française, tant les conséquences furent énormes pour l'avenir de la France.

Commenter cet article