Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de carlyne

Un blog pour la familles et les amis. Pour toutes les personnes qui ont besoin de renseignements divers.

S'endormir sur ses lauriers

Publié le 1 Octobre 2012 par carlyne in Expressions de la langue Française

Définition

Se contenter de ses premiers succès; ne pas pousser plus avant une carrière qui s'annonçait prometteuse.

 

Une connotation positive

Le mot Laurier vient du latin laurus, signifiant "laurier", "couronne", "victoire", "triomphe". Les noms laurier, lauréat et l'adjectif lauré appartiennent à la même famille et sont tous associés à l'idée de réussite, de succés ou de gloire.

 

Dans l'Antiquité

Le laurier était à Apollon; il représentait l'immortalité acquise par la victoire, mais aussi la sagesse et l'héroïsme. Les poètes lauréats recevaient solennellement une couronne de laurier dont ils ceignaient leur front. Cette récompense toute symbolique élevait les récipiendaires (les reçus) au-dessus du vulgum pecus (peuple ignorant).

Chez mes militaires romains, une couronne semblable venait récompenser une victoire glorieuse; bien qu'honorifiques, ces quelques feuilles immortalisaient le général, qui, du moins pour un temps, allait jouir de respect et de vénération.

Jules César, alors qu'il célébrait son 5 emè triomphe à Rome en 45 avant J.-C.; apparut debout sur son char, précédé de 72 licteurs (rappelez vous, son escorte) avec leurs faisceaux. Figé dans une raideur solennel, le front ceint d'une couronne de laurier, la toge pourpre brodée de rosaces d'or, tenant à la main un sceptre d'ivoire surmonté d'un aigle, le général vainqueur savourait son triomphe sous les cris d'enthousiasme de la foule.

 

De délicieux lauriers

En l'an 215 avant J.-C., le carthaginois Hannibal écrasa les Romains. Mais, plutôt que de pousser jusqu'à Rome, il s'empara de Capoue, riche cité de Campanie. Ses soldats y découvrirent une vie agréable, pleine de luxe, de plaisirs et de débauche, et se laissèrent tellement aller aux délices de Capoue qu'ils s'endormirent sur leurs lauriers au point de perdre toute combativité et toute ardeur. L'historien romain Tite-Live nous dit que "le sommeil, le vin, les festins, les courtisanes, les bains, l'oisiveté [...] ramollirent leurs âmes et leurs corps".

 

Un autre César

Bien plus tard, le 2 décembre 1804, lors de son sacre, Napoléon souhaita recréer la majesté des cérémonies romaines. Il arriva à Notre-Dame dans un carrosse recouvert de rameaux d'olivier et de laurier, dont le cocher s'appelait César...

Une gravure datée de 1802 montre encore le 1er consul foulant aux pieds l'hydre de l'athéisme pendant que l'église catholique s'apprête à disposer sur sa tête une couronne de laurier.

L'oeuvre la plus majestueuse représentant le sacre de Napoléon est due au pinceau de david, où l'Empereur, la tête laurée, tient élevée la couronne impériale.

On raconte que, lors de l'essayage de la couronne de laurier, une feuille d'or s'en détacha. Le peintre Isabey, témoin de la scène, l'ayant ramassée, Napoléon lui dit de la conserver. Cette feuille est tout ce qu'il reste de cette couronne détruite à la Restauration. Elle orne actuellement une tabatière visible au Musée nationale du château de Fontainebleau.

 

Commenter cet article