Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de carlyne

Un blog pour la familles et les amis. Pour toutes les personnes qui ont besoin de renseignements divers.

Recevoir une portion congrue

Publié le 6 Septembre 2012 par carlyne in Expressions de la langue Française

Définition

Recevoir le minimum, une maigre pitance; disposer de peu de ressources, à peine suffisantes pour vivre.

 

Vocabulaire

Congru : cet adjectif d'origine latine signifie "suffisant", "convenable".

 

Pour le clergé

Le clergé, mot dont le sens en grec signifie "partage", est composé de nombreux "grades" : Cardinal, archevêque, évêque, abbé, chanoine, curé, vicaire, aumônier.

Cependant, tous ne sont pas égaux dans leurs attributions et leurs revenus; le haut clergé, qui sous l'Ancien Régime était réservé aux fils de grandes familles, était titulaire d'évêchés importants, donc riches. Bien souvent, ils n'avaient de religieux que le statut et s'occupaient de politique, de gestion de leurs bien, se complaisant dans une vie de luxe et dans certains cas de luxure. Au-dessous de ces princes de l'église subsistait le bas clergé, une nuée de sans-grade, vivant souvent misérablement dans les campagnes, partageant les joies et les misères du peuples dont ils étaient issus. Leurs revenus ecclésiastiques étaient souvent aussi maigres que leur pitance et aussi légers que leur soutane.

Pour tenter d'atténuer cette différence, les riches ecclésiastiques versaient tous les ans une de prime aux prêtres les lus pauvres de leur diocèse, sorte de récompense pour les efforts fournis. On disait alors que les prêtres les plus démunis étaient à la portion congrue, c'est-à-dire dépendants de la générosité de leurs supérieurs.

La révolution, en établissant l'égalité entre les citoyens, a, sinon supprimé, du moins diminié pour un temps les écarts de traitement entre les membres du clergé français.

 

Commenter cet article