Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de carlyne

Près de 9 000 postes supprimés dans le primaire, 5 000 dans le secondaire

30 Septembre 2010 , Rédigé par carlyne Publié dans #Enseignements

Encore une fois l'éducation de nos enfants, va être mise a l'épreuve, ainsi que le courage des instituteurs et professeurs dont le nombre d'élèves par classe augmentent d'année en année.

Et nos enfants dans tout cela? moi, qui pensais que l'éducation faisait la grandeur d'un pays, j'ai du me tromper. Mais c'est vrai je me répète.

 

Mercredi 29 septembre, le ministère a communiqué la répartition des 16 000 postes supprimés en 2011. L'école primaire est violemment touchée. Le ministère de l'éducation nationale a communiqué la répartition sectorielle. 8 967 postes disparaîtront au primaire, 4 800 dans le secondaire, 600 dans l'administration et 1633 dans le privé sous contrat.

 

Selon les prévisions de l'éducation nationale, il devrait y avoir 63 400 élèves supplémentaires à la rentrée 2011, soit 1 500 de plus au primaire et 61 900 au secondaire. Plus d'élèves, moins de professeurs, la rentrée 2011 promet des difficultés.

 

En 2011, le Ministre pour tenir ces comptes sera obligé de réduire le nombre d'enseignants devant élèves.

Dans le primaire, les postes supprimés pourront partiellement être trouvés en diminuant le taux de scolarisation avant 3 ans, chez les Rased et les remplaçants. Mais il faudra forcément supprimer des postes "ordinaires" et donc fermer des classes et augmenter le nombre d'élèves par classe. Encore des augmentations d’élèves par classes, et les parents ne se bougent toujours pas. Mes enfants ont passé le stade du primaire, mais je commence a m’inquiéter pour mes futur petits enfants.

Comme je l’ai déjà dit faudra-t’il avoir de l’argent pour que nos enfants puissent avoir un enseignement à l’avenir ? Avoir un précepteur !!!

Dans le secondaire, il faut s'attendre à une réduction de l'offre d'enseignement (disparition d'options, regroupements rendus possibles par la réforme du lycée) et à une nette augmentation du nombre d'élèves par classe, alors même que les classes françaises sont déjà bien chargées. (Je confirme 33 à 35 élèves de seconde dans le lycée de mon fils).

Le ministre veut-il se débarrasser de ces élèves et les envoyer dans le privé ? Comme c’est encore le cas cette année. Mais dans ce cas que l’état arrête de subventionner ces écoles.  Et dans ce cas pourquoi ?  C’est-il demandé si tous les parents en avaient les moyens ? Je ne crois pas.

 

Interrogé par le Café, Sébastien Sihr, voit dans la décision ministérielle "un tournant historique". "Jamais on a eu une telle suppression de postes dans  toute l'histoire de l'école primaire", nous confie-t-il. Ces dernières années l'augmentation du nombre d'élèves avait été accompagnée de la hausse du nombre de postes au primaire. Pour lui c'est "un mauvais signal" qui est envoyé aux enseignants alors même que le dernier rapport de l'inspection montre qu'il faudrait les mobiliser. "Les plus engagés risquent de baisser les bras" craint-il.

 

En France métropolitaine et dans les DOM, le nombre d’élèves scolarisés dans les écoles maternelles et élémentaires, publiques et privées, devrait augmenter de 14 000 à la rentrée 2010 et de 1 500 à la rentrée 2011, selon les taux de scolarisation actuels. La progression du nombre de naissances dans les années 2000 explique principalement ces évolutions.


Les taux de scolarisation resteraient quasiment constants, puisque les enfants âgés de 3 à 9 ans sont presque tous accueillis dans les écoles du premier degré. En revanche, la tendance à la baisse de la scolarisation à 2 ans et des retards scolaires va continuer.


Les effectifs dans le second degré sont également sensibles aux évolutions démographiques, mais ils dépendent plus fortement de la politique éducative. En particulier, la généralisation du baccalauréat professionnel en trois ans a des conséquences importantes sur les effectifs des lycées professionnels.

Le nombre d’élèves dans le second degré devrait augmenter de 39 200 en 2010, puis de 61 900 en 2011.

Cette hausse concerne surtout le collège (16 100 en 2010, puis 35 300 en 2011) et le lycée professionnel (24 300 en 2010, puis 14 000 en 2011).

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

cojocano 30/09/2010 16:22



avec tout ça on se demande dans quelle condition nos enfants vont apprendre à lire!