Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de carlyne

Un blog pour la familles et les amis. Pour toutes les personnes qui ont besoin de renseignements divers.

Monter sur ses grands chevaux

Publié le 12 Juillet 2012 par carlyne in Expressions de la langue Française

Définition

S'énerver, s'emporter, piquer une colère

 

 

Deux types de montures

Au moyen Âge, le cheval était un signe de richesse et révélait le rang de son propriétaire. Les grands seigneurs en possédaient un grand nombre et ils ne les montaient pas indifféremment.

- Le palefroi : ce cheval avait une fière allure, savait marcher élégamment sans faire d'écart; toujours d'humeur égale, il était choisi par son maître pour les défilés et parades, où il contribuait à mettre le cavalier en valeur. Objet de tous les soins du palefrenier, il était bouchonné (sinon bichonné) avec mille attentions en rentrant à l'écurie.

- Le destrier : cousin du premier, il avait un aspect robuste, l'oeil vif et le jarret saillant, la croupe rebondie et le garrot élevé, le poitrail et l'épaule taillés comme ceux d'un athlète. C'est lui que les seigneurs chevauchaient lorsqu'ils partaient en guerre. On disait alors qu'ils montaient sur leurs grands chevaux, prêts à affronter l'ennemi. Ces montures étaient tenues de la main droite par les écuyers (d'où le mot destrier de dextre, "droit").

C'est depuis le XVIè siècle, semble-t-il, que l'on dit d'une personne qu'elle "monte sur ses grands chevaux" lorsqu'elle s'emporte et devient parfois agressive en tentant de défendre son point de vue.

Commenter cet article